Exposition

Nathalie Leroy Fiévée / Vladimir Skoda


Résonance des contrastes

3 octobre 2015 – 3 janvier 2016

Sélection d’œuvres


Image

Nathalie Leroy Fiévée, Sans titre

Image

Vladimir Skoda, Horizon des événements II, 2006

Acier inox poli partiellement grenaillé, Ø 50 cm

Image

Nathalie Leroy Fiévée, Sans titre, 2013

Diptyque, encre et cire sur papier, 10,1 x 68 cm, 55 x 50cm

Image

Vladimir Skoda, Trou noir - trou blanc / Distorsion - vision, 1992 -2001

Quatre éléments, acier inox poli miroir, 200 x 100 cm chacun

L'exposition Résonance des contrastes porte bien son titre. En effet, il s'agit d'un dialogue non seulement entre deux artistes mais aussi entre leurs oeuvres.

Alors que leurs travaux semblent, aux premiers regards, avoir peu de points communs nous découvrons qu'ils se rejoignent par la pensée et par la forme. Nathalie Leroy Fiévée, à l'instar de Vladimir Skoda s'intéresse à la cosmogonie et à la cosmologie tout en ne le matérialisant pas de la même manière.

Un réel dialogue a lieu entre ces deux artistes aussi bien autour de l'aspect pictural que spatial. Vladimir Skoda a une prédilection pour les circulations circulaires alors que Nathalie Leroy Fiévée pencherait plus pour celle en carré. Mais après tout le carré et le cercle sont complémentaires. C'est ainsi que le labyrinthe, réalisé spécifiquement pour le château par Nathalie Leroy Fiévée, accueille en son centre Horizon des événements de Vladimir Skoda. Nathalie Leroy Fiévée par son jeu de couloirs labyrinthiques propose, crée des points de vue pour mieux découvrir Horizon des événements. Cette œuvre est une sphère dont la moitié inférieure est réfléchissante alors que celle supérieure est partiellement grenaillée. Le labyrinthe dessiné par des adhésifs se reflète sur sa surface. 

Le visiteur se retrouve non seulement désorienté par le jeu d'impasses mis en place par Nathalie Leroy Fiévée mais aussi par les déformations réfléchies sur Horizon des événements de Vladimir Skoda.

Chez ces deux artistes l'acte de création est important. Nathalie Leroy Fiévée accorde une place importante à l’acte même de peindre, à la préparation, choisir l'espace approprié puis les matériaux qui entreront le mieux en écho avec celui-ci. Pour le parc, elle réalise des peintures horizontales constituées de carrés de minéraux locaux en grès allant du rose au pourpre, en brique latérite concassée qui lui rappelle la couleur de la terre de Guyane, en graviers aux teintes blanches, grises et bleues, en particules de lin et de miscanthus puis pour finir de la terre du parc. Elle ajoute à cela des galets d'Étretat variant du bleu clair au gris foncé. Une de ses peintures sera réalisée sur l'un des bassins du parc. Or la brique concassée une fois mouillée se met à chuinter un bruissement sonore délicat.

Vladimir Skoda présente dans la Chapelle des oeuvres forgées dans les années quatre-vingt. Leur aspect, moins lisse que ses dernières productions, laisse transparaître la gestuelle du forgeron et le moment de création.

Dialogue où les oeuvres se font écho ou bien en créant des contrastes. Le visiteur de Résonance des contrastes a ainsi l'impression de participer, de vivre ce dialogue artistique. Il est à la fois ébloui par les oeuvres, aspiré par elles et attiré par leurs surfaces réfléchissantes ou colorées. Dialogue l'invitant à être plus attentif face à ce qu'on lui propose pour mieux découvrir le monde proposé par Nathalie Leroy Fiévée et Vladimir Skoda.

Publication

Image

Un double catalogue a été publié à l’occasion de cette exposition.

Leïla SIMON, Jean-Louis PRAT, François BARRÉ,

Vladimir Skoda. Résonance des contrastes

120 pages, 24 x 30 cm, Éditions Carpentier, 2015

En vente au Centre d'art contemporain, à Saint-Pierre-de-Varengeville ou sur demande.
Les recettes des catalogues vendus par Matmut pour les arts sont reversées à la Fondation Paul Bennetot.

Commander pour 12 €

Documents de l'exposition

Pour approfondir vos connaissances et vous accompagner lors de votre visite de l'exposition.

Vous aimerez aussi...


Découvrir nos autres univers